10 conseils pour savoir bien planter en pot

DSC05354

La plantation est une étape cruciale pour la réussite de votre balcon ou terrasse, et comme le disait mon professeur de théâtre : « problème à la page 1, problème à la page 4 ! ».

Et bien en jardinage c’est la même chose ! Ne sous-estimez pas l’importance d’un bon départ (la plantation) pour parvenir à un résultat plaisant sur la durée.

Alors, pas de précipitation, suivez-bien les 10 conseils ci-dessous, communs à toutes les plantations, et normalement tout se passera bien ! 

 

LA PREPARATION DU POT 

1. Le choix du contenant

Ne choisissez jamais le contenant au hasard : chaque plante est plus ou moins gourmande en terreau, a plus ou moins besoin d’espace pour se développer, certaines fleurs ont besoin d’être « à l’étroit » pour fleurir, etc… Renseignez-vous toujours avant pour choisir un contenant de taille adaptée !

Concernant les matériaux de vos pots, essayez de privilégier ceux qui sont résistants au gel (les moins résistants étant les pots en terre cuite), faites attention à ne pas prendre un pot trop petit pour des vivaces qui vont se développer en hauteur si vous ne voulez pas vous réveiller et friser la crise d’hystérie en voyant vos pots couchés sur le sol…

Personnellement, je vous recommande les pots en plastique de la marque « EDA »; il y en a pour tous les goûts (formes et couleurs), et pour les avoir testés, il sont très résistants et surtout très jolis : c’est un excellent rapport qualité/prix. Vous ne les trouvez pas beaux mes bambous (oui, je sais, il faut que je désherbe la terrasse ! ;-) )?

Pots en plastique

2. Le drainage

Je ne le dirai jamais assez : ne sautez pas cette étape, elle est très importante et garante du non pourrissement des racines de vos plantes, fleurs et arbustes.

Vérifiez toujours si le contenant présente un trou de drainage, et si ce n’est pas le cas, percez-en un (ou plusieurs en fonction de la taille du pot) vous-même. Soyez prudent s’il s’agit d’un pot en terre cuite : afin qu’il ne se brise pas, commencez à percer avec un foret de très petite taille, et élargissez ensuite avec un foret de la taille souhaitée.

Début avec petit foret

Poursuite avec le diamétre supérieur

  

On termine avec le plus grand

Et voilà le résultat !

Protégez ensuite les trous de drainage avec des tessons de terre cuite, afin que les racines ne viennent pas les obstruer avec le temps et empêcher l’écoulement de l’eau.

Protection du trou de drainage

Enfin, remplissez votre pot sur 1/10ème de la hauteur avec des billes d’argile.

3. Le feutre géotextile

N’oubliez pas de déposer un feutre de jardin sur votre couche de billes d’argile, cela permettra :

- d’éviter que la terre s’écoule avec l’eau lorsque vous arroserez et salisse ainsi rapidement votre terrasse;

- d’éviter que les trous de drainage ne soient obstrués par la terre avec le temps et que l’eau stagne au fond du pot (et s’attaque aux racines !). 

4. Le substrat

Optez si possible pour du terreau pour balcon et terrasses; il est peut-être un peu plus cher que le terreau universel « classique », mais il a l’avantage :

- de contenir l’engrais nécessaire à la culture en pots (vous pouvez donc limiter les apports en engrais les deux premières années);

- de permettre une bonne rétention d’eau;

- d’être composé d’éléments permettant un bon drainage et une bonne aération de la terre.

Attention, certaines plantes ou arbustes ont besoin d’un sol acide, et seule la terre de bruyère peut leur convenir (parmi eux vous retrouvez notamment les azalées, fougères, rhododendrons, camélias, hortensias et érables du japon).

LA PLANTATION

 

5. Le bassinage

Avant d’effectuer la mise en place de votre plante, faites-la tremper dans un seau ou une bassine d’eau.

Dépotez ensuite délicatement la plante en la tenant d’une main, tête vers le sol, et en exerçant une pression de l’autre main sur l’extrêmité du pot; il est important de conserver toute la motte de la plante pour qu’elle conserve son environnement et ne soit pas complètement « traumatisée ».

Si les racines sont très denses, démélez ce chignon délicatement (une fourchette peut servir à cette opération) et coupez les racines sèches.

6. La mise en terre

Pendant la plantation, évitez toujours de laisser les racines de votre plante à l’air libre, il ne faut surtout pas qu’elles s’assèchent.

Si vous ne l’avez pas encore fait, déposer un peu de substrat par dessus le feutre géotextile, vérifiez que le niveau est bon en positionnant votre plante à l’intérieur du pot et ajustez éventuellement.

Lorsque vous positionnez votre plante dans le pot, et que vous comblez avec le terreau, faites attention à ce que les racines ne remontent pas vers le haut : vous comprendrez aisément qu’il ne s’agit pas de leur position naturelle, et cela serait très certainement fatal à votre plante…

Remplissez de terreau jusqu’au collet (niveau de séparation entre les racines souterraines et les tiges aériennes) pour la plupart des plantes. Certaines, comme la clématite, préfèrent qu’une partie des tiges aériennes soit également enfouie.

7. Le tassement de la terre

Lorsque cela est fait, tassez bien la terre pour qu’il n’y ait plus d’endroit où les racines ne seraient pas en contact avec la terre (il ne faut pas qu’il y ait d’espace entre les racines et la terre). 

8. Un arrosage copieux

Terminez par arroser copieusement (mais lentement) : cela doit permettre d’entremêler intimement racines et terreau.

Si vous vous apercevez que la terre s’est un peu trop tassée avec l’arrosage, n’hésitez pas à rajouter un peu de substrat pour terminer.

 

 

ET POUR FINIR…

 

9. Pensez aux roulettes

Si vous souhaitez mettre en place une plante qu’il vous faudra rentrer l’hiver, pensez à prévoir un système de roulettes sous votre pot pour vous éviter un lumbago le moment venu ! ;-) Vous pourrez ainsi le déplacer très facilement.

 

10. Le bon voisinage !

Vous souhaitez peut-être réaliser une composition dans un seul pot et associer différentes plantes; c’est une très bonne idée, toutefois vérifiez que les plantes en question ne soient pas des plantes envahissantes : dans ce cas, l’une prospérerait au détriment de l’autre… Pour les aromatiques par exemple, la menthe doit être seule;  l’asparagus est également un bon exemple !

 

Vous savez tout désormais ! Il n’y a plus qu’à mettre en pratique ! ;-)

AC

Monjardinterrasse : l'Ebook

Monjardinterrasse : l'Ebook

 

4 comments

  1. Thaeron dit :

    Dois-je percer le pot dans lequel je vais planter de la prele?

    • MonJardinTerrasse dit :

      Bonne question ! Et je vous répondrais : non, inutile, car la prêle se plaît dans les terrains humides. A bientôt !

  2. leitz dit :

    j’ai mis de la menthe dans un pot en terre cuite .
    Les feuilles deviennent jaunes , alors que j’aime faire mon thé avec cette menthe fraîche .
    Que dois je faire.
    la plante est à l’ombre .

    Merci .

    • MonJardinTerrasse dit :

      Bonjour, si la plante est à l’ombre dans un pot en terre cuite, il me semble que tout devrait bien se passer. Les feuilles jaunes sont peut-être dues à un excès d’eau : pensez-vous bien à attendre que la terre soit de nouveau sèche entre deux arrosages ?

Répondre à Thaeron Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*