Quand et comment rempoter vos plantes grimpantes ?

Depuis le début de l’hiver je regarde mes trois plantes grimpantes (boutures de l’été dernier pour le chèvrefeuille et la clématite, et jeune plant acheté à l’automne pour le jasmin étoilé) et n’ai qu’une hâte : les rempoter dans leur endroit définitif ! Mais il faut savoir se montrer patient et ne pas le faire trop tôt afin d’éviter qu’une gelée ne vienne tout gâcher !

Mais là, ça y est, les températures remontent peu à peu… Alors je me lance ! Aujourd’hui, je rempote ma clématite, mes chèvrefeuilles et mon jasmin étoilé (ou trachelospermum jasminoïde) ! Mais je garde à portée de main mon voile d’hivernage tout en scrutant la météo, on ne sait jamais…

x

 

Une petite vérification s’impose…

Dans quel état se trouve mes grimpantes après cet hiver ?? Rappelez-vous, ma clématite bourgeonnait déjà avant les jours de fortes gelées que nous avons connu…

Le jamin étoilé semble bien !

Au vu des bourgeons, la clématite aussi !

Chèvrefeuilles (marcottés) bien verts

Finalement, tout semble pour le mieux pour tout le monde !

x

Conseils pour le rempotage

L’hiver n’a a priori pas fait de mal aux grimpantes, je vais essayer de ne pas leur porter un coup fatal au rempotage, ce serait dommage…

Pour rempoter les plantes grimpantes, il faut bien sûr suivre les conseils classiques de la plantation en pot (pour rappel mon article sur ce sujet ici).

1/ Préparation des bacs : tessons + billes d’argile

2/ Pose du feutre géotextile

3/ Remplissage avec le terreau

4/ Dépotage de la plante (oui, c’est un peu compliqué de prendre une photo à ce moment ! ) En rouge, la position de chaque main, l’une fait pression sur le fond du pot (flèches rouges), l’autre retient la plante pour qu’elle ne s’écrase pas !

5/ Arrosage copieux après plantation

Quelques conseils supplémentaires toutefois, concernant la technique du rempotage :

– Pourquoi faut-il rempoter les plantes en pot ?

Tout est dans la question : parce qu’elles sont en pot justement ! Et que malgré tous les soins que vous pouvez leur apporter (bon terreau, engrais, etc…), au bout d’un moment, elles ne trouvent plus tout ce dont elles ont besoin.

Les arrosages successifs ont notamment tendance à ramener vers le fond toutes les matières organiques dont les plantes se nourrissent, si bien qu’au bout d’un certain temps, il n’y en n’a plus assez pour leur assurer un bon développement. De la même manière, lorsque les plantes sont cultivées en « pleine terre », leur système racinaire peut se développer à sa guise, ce qui n’est pas le cas en pot, et il est donc nécessaire d’augmenter régulièrement la taille de celui-ci.

Quelle est la meilleure date pour le rempotage ?

Cela dépend !

– En général, la meilleure période de rempotage est le début du printemps, juste avant que les plantes ne recommencent à pousser.

– Lorsque vous achetez de jeunes plants en godet, il vaut mieux les rempoter le plus vite possible, car le contenant est en général petit, et les plants ont déjà besoin de plus d’espace.

– Mais en cas de besoin (si la plante vous en donne les signes), il est possible de rempoter toute l’année; si par exemple vous vous apercevez que les racines de votre plante sortent du pot, n’hésitez pas, c’est un signe qui ne trompe pas !

– Comment maximiser les chances de reprise ?

Le principal est de ne pas « choquer » votre plante (et oui, elles sont susceptibles, ces petites… ).

Evitez par exemple de la rempoter sans avoir préalablement humidifié les racines, essayez de récupérer toute sa motte (imaginez-vous qu’on vous oblige à changer d’appartement/maison du jour au lendemain, sans que vous ayez pu préparer vos valises ! L’horreur, vous ne reconnaissez plus rien de votre quotidien… Et bien, pour les plantes c’est la même chose ! Elles ont besoin de conserver leur environnement proche pour ne pas être perturbées, donc faites attention à bien les rempoter en prenant soin de ne pas briser la motte.

Et n’oubliez pas de tasser la terre après la plantation pour qu’il n’y ait plus de « vide » entre les racines et la terre.

Pour finir, un dernier conseil : renseignez-vous toujours sur les plantes que vous souhaitez rempoter, afin de voir si elles ne doivent pas bénéficier d’un traitement particulier (notamment la période préconisée pour le rempotage).

A cet effet, j’ai rédigé la fiche culture du chèvrefeuille et la fiche culture de la clématite.

Et prochainement, le jasmin étoilé…

 

x

Un coup d’oeil sur le résultat

Et voilà ! Pas mal, non ? Maintenant, il n’y a plus qu’à pousser !

Grimpantes prêtes à conquérir le mur (avec de gauche à droite, le jasmin étoilé, les 3 plants de chèvrefeuille, et la clématite)

 

Il ne reste plus qu’à poser le treillage (voyez mon article pour savoir comment faire) et le tour sera joué (d’ailleurs, si vous le pouvez, évitez de faire comme moi, et posez votre treillage avant de faire le rempotage, cela vous permettra de ne pas dévaster votre capital « dos en pleine forme » en déplaçant des pots plus lourds que vous… Et oui on s’occupe des plantes, mais il faut se préserver aussi ! …)

x

Un peu de lecture pour finir…

Si jamais vous voulez devenir incollables en plantes grimpantes, que vous cherchez la perle rare, je ne peux que vous conseiller cet ouvrage magnifique sur les plantes grimpantes, une vraie « bible » ! J’adore !

 

Monjardinterrasse : l’Ebook

Articles liés :

– Comment planter et entretenir : la clématite ? 

– Comment planter et entretenir : le chèvrefeuille ? 

– Comment poser un treillage en 10 étapes ultra-simples ?

Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *