Comment poser un treillage en 10 étapes ultra-simples ?

Treillage

Et oui, qui dit « plantes grimpantes », dit forcément « treillage ». Lorsque j’ai rempoté mes chèvrefeuilles, ma clématite et mon jasmin étoilé, je vous avais dit que j’écrirais bientôt sur la pose du treillage. Chose promise, chose due ! Alors voilà mes conseils pour bien poser votre treillage et préparer dès maintenant vos belles journées d’été.

Il existe toutes sortes de treillages : en plastique, en bois, en bambou, de forme carrée ou losange… Que choisir !? J’ai pour ma part opté pour un treillage en plastique couleur ardoise (plus résistant dans le temps que le bois, qu’il faudrait repeindre régulièrement, et plus joli que le bambou sur ma terrasse, en fonction de mes choix de couleurs de pots, etc…).

Les explications qui suivent concerne donc ce treillage en particulier.

1/ On prépare le matériel

Avant de commencer, il vous faudra avoir près de vous :

- le treillage et les éléments livrés en même temps : chevilles, vis, cales;

- une perceuse et les forets correspondant à votre mur;

- un marteau;

- un tournevis;

- et pour finir, une gentille aide humaine pour tenir le treillage au moment où on fait les marques… Sinon, c’est un peu compliqué !

2/ On identifie le placement des vis

Commencez par identifier à quels endroits vous allez mettre vos vis; comptez 4 vis pour 1m² (à chaque carré de 1m de côté, 4 vis dans les coins). Pour mon panneau de 1*2m, j’ai donc utilisé… 6 vis ! (et non pas 8 ! Les deux du milieu servent pour le carré du haut et aussi pour celui du bas ;-) )

3/ On enlève les taquets 

Faites sauter les taquets aux endroits identifiés, soit avec un tournevis, comme le montre la photo, soit en coupant (avec de bons ciseaux) l’extrêmité arrière qui est un peu bombée.

On enlève le taquet

4/ On fait les marques sur le mur pour savoir où percer 

Positionnez le treillage contre le mur comme vous souhaitez qu’il apparaisse au final, et faites les marques aux endroits où vous avez retiré les taquets, afin de marquer les emplacements des chevilles et de percer aux bons endroits… Le but est d’éviter que votre mur ne ressemble à un gruyère après l’opération ! ;-)

J’ai utilisé un fusain assez fin que j’utilise habituellement pour dessiner, le résultat est parfait, ça marque très bien, et si vous vous trompez, vous pouvez facilement l’effacer.

Marquage des futurs trous avec le fusain (ou autre !)

5/ On perce !

Percez ensuite chacun des endroits ainsi marqués; attention à bien prendre le foret adapté aux chevilles qui vous ont normalement été livrées avec le treillage (pour ma part, il me fallait un foret de 5mm), et de bien vérifier la matière de votre mur : béton, parpaing, briques ? En fonction de cela choisissez le type de foret adapté. Si votre mur est en béton, j’espère que vous êtes bien équipé ! Il vous faudra certainement utiliser les forets SDS (c’est ce que j’ai fait).

On perce ! (ma partie préférée ;-) )

6/ On met les chevilles

Placez les chevilles dans les trous et terminez au marteau.

Placement des chevilles

7/ On place les vis et les cales sur le treillage

Sur votre treillage, insérez les vis aux endroits identifiés; n’oubliez pas de passer la petite cale (normalement aussi livrée avec le treillage), qui vous permettra d’avoir l’écartement nécessaire entre le mur et le treillage pour que vos plantes puissent respirer et s’entortillonner facilement.

Placement des vis et des cales

8/ On positionne le treillage sur le mur

Placez enfin le treillage sur votre mur… C’est là en général qu’une petite goutte de sueur perle sur le frond et que l’on pense très fort : « faites que j’ai percé aux bons endroits et que tout rentre ! » Si vous avez suivi mes conseils, il ne devrait pas y avoir de problème !

9/ On visse !

Terminez par un petit coup de tournevis sur chacune des vis et assurez-vous que le treillage ne bouge pas.

Et on visse !

10/ On admire le résultat !

Voilà ! C’est simple, non ?

Regardez le résultat sur ma terrasse Sud; pas mal, non ? ;-) Bien sûr, ce sera mieux quand il y aura un peu plus de verdure dessus, mais ça ne saurait tarder !

Premier mur

Deuxième mur

Et les grimpantes vont s'amuser comme des petites folles !

Grimpantes sur treillage

AC
Monjardinterrasse : l'Ebook

Monjardinterrasse : l'Ebook

4 comments

  1. Benoît dit :

    Super boulot! Pour info, les « cales », on appelle ça des « entretoises » ;-)

  2. kek dit :

    ça va bien m’aider pour ma future clématite ;) Beau travail !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*